GuidEnR BOIS ENERGIE > Tout en bois, l'hôtel des associations économisera l'énergie  
GUIDEnR BOIS-ENERGIE,
L'information sur le Bois-Energie
et la Construction-Bois
 



LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Tout en bois, l'hôtel des associations économisera l'énergie

Tout en bois, l'hôtel des associations économisera l'énergie

La Ville de Caen vient de choisir l'architecte Florent Schneider pour construire son futur hôtel des associations. Il doit ouvrir en septembre 2018, à la Guérinière.



Une commande très précise

Pour élaborer le cahier des charges de son projet d’hôtel des associations, la Ville de Caen avait mis en place des critères très précis : le futur bâtiment de 2000 m2 devait être « moderne, fonctionnel, modulable et à faible consommation énergétique ». Ce dernier point est même primordial dans l’esprit de la municipalité. Sophie Simonnet, l’adjointe en charge de la vie associative, rappelle :

"Les locaux seront mis à disposition des associations, mais ce sont elles qui paient les fluides. Il est important que cela ne représente pas un gouffre pour elles."

L’hôtel hébergera des associations qui sont actuellement disséminés aux quatre coins de la ville, parfois dans des bâtiments vétustes, très énergivores et dont certains sont même voués à la démolition, comme l’ancien logement du gardien de l’école Authie-Nord, ou les locaux de l’ex-collège Dunois.

C’est l’architecte caennais Florent Schneider, qui a déjà réalisé la chaufferie bois de la Grâce-de-Dieu, qui a le mieux répondu aux attentes de la Ville. « Sa proposition correspond à l’état d’esprit de la vie associative », apprécie l’élue.

Tout en bois

Florent Schneider a proposé un bâtiment à l’architecture simple, de forme rectangulaire afin d’éviter les déperditions énergétiques. Spécificité de cette construction érigée sur le site de l’ancien collège Guillaume-de-Normandie à la Guérinière, elle sera entièrement en bois. « Le bois absorbe mieux les différences de température », explique Sophie Simonnet. Ce choix présente également l’avantage d’être très rapide à mettre en œuvre, et donc de rentrer dans les délais impartis.

"L’objectif est d’ouvrir pour la rentrée de septembre 2018. La construction est rapide grâce au système des panneaux de bois. "

Ceux-ci permettent en outre de moduler les espaces, voire d’envisager une extension.

Trois scénarios à l’étude

En lien avec l’architecte, la Ville étudie trois possibilités, pour affiner l’avant-projet définitif, qui doit être présenté au conseil municipal de février 2017. La première proposition rentre dans l’enveloppe allouée au projet, de 3,456 M€ : « un bâtiment qui consomme déjà moins d’énergie que ce que la norme légale (RT2012) impose », détaille l’adjointe. Les deuxième (un bâtiment passif d’un point de vue énergétique) et troisième (un bâtiment à énergie positive) scénarios engendreraient des surcoûts et donc des demandes de subventions.

"Il faudrait installer des panneaux photovoltaïques. La durée d’amortissement est un élément à prendre en compte. Nous sommes en réflexion."

Une concertation engagée

D’une superficie de 2000 m2, l’hôtel des associations comprendra une cinquantaine de bureaux, deux grandes salles de réunions, deux plus petites, un espace de co-working et un lieu de stockage.

"Nous avons engagé un travail avec le Conseil de la vie associative, afin de déterminer le mode de fonctionnement du lieu. Il sera géré par les cinq agents de la Ville actuellement en poste à la Maison des associations, mais les associations doivent aussi s’en emparer."

Mutualisation et convivialité seront les mots d’ordre.

Doté d’un parking de 60 places, que jouxtera un petit espace vert de convivialité, le bâtiment bénéficiera de deux entrées : une côté rue, une côté parking. Accessible en tramway, il disposera également de nombreux parkings pour les vélos. « Nous voulons inciter les usagers à utiliser ces moyens de transport », souligne Sophie Simonnet.

Source : http://www.libertebonhomme.fr