GUIDEnR BOIS-ENERGIE,
L'information sur le Bois-Energie
et la Construction-Bois
 



LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Le foyer des chaudières au bois

Le foyer est le lieu où le combustible arrive, ainsi qu’une partie de l’air injecté : l’air primaire.
Il existe généralement un contrôle de l’apport d’air primaire en fonction des caractéristiques de la biomasse à bruler (humidité,…). Le combustible subit donc une première phase de séchage, suivie par l’amorce de la combustion par dégradation du solide en gaz initialisant la flamme.



Selon la nature du combustible (humidité, granulométrie,…), diverses technologies de foyers existent :

Foyer à creuset :

Foyer à creuset d'une chaudière au bois
Appelé également foyer volcan, il est ouvert à la base et muni, sur sa périphérie, de trous pour l'injection de l'air primaire. L'apport du combustible, par vis sans fin, s'effectue par le bas au centre du creuset ou latéralement en partie haute. Les cendres sont évacuées soit par débordement, soir par gravité au travers d'une grille.

Ces foyers sont réservés à des combustibles secs et homogènes, destinés principalement aux petites et moyennes puissances (< 500 kW).
       
Foyers à grilles :

Foyer à grille d'une chaudière au bois
Dans un foyer à frille, le support de la combustion est constitué de barreaux métalliques.

Il y a une succession de barreaux métalliques (alliage fer/carbone de qualité réfractaire) sur lesquels est déposé le combustible. Les intervalles entre chaque barreau (parfois eux-mêmes perforés) permettent la pénétration de l'air primaire ascendant au travers de la masse de combustible.

Les grilles peuvent être mobiles ou fixes.

Les grilles fixes sont essentiellement utilisées pour les produits secs de l'industrie du bois ou pour les granulés.

Les grilles mobiles sont adaptées à des combustibles à l’humidité et à la granulométrie variables, et aux moyennes et grosses puissances (100kW et plus). C’est ce type de foyer qui est le plus souvent choisi pour les chaudières collectives ou industrielles. Ce sont des alignements successifs de barreaux, alternativement mobiles et fixes. Leur mise en mouvement permet aux combustibles humides de cheminer et de sécher préalablement à la combustion proprement dite.