GUIDEnR BOIS-ENERGIE,
L'information sur le Bois-Energie
et la Construction-Bois
 



LES CLES DU DIMENSIONNEMENT

Ouvrages en commande
Photovoltaïque autonome

Photovoltaïque raccordé au réseau




Les bois de nos forêts > Les feuillus

Le chêne


Il occupe 40 % des forêts françaises notamment dans le Nord et le centre de la France ; bois de très bonne qualité , très utilisé en menuiserie, charpente, parquet, meubles et usages extérieurs, à condition d'être bien séché. Sa conservation à l’air peut durer des siècles. Il se présente sous de nom breuses variétés, près de 300.

Le chêne Feuille du chêne




Le robinier


Le robinier D’une excellente résistance aux intem péries et aux attaques des champignons et insectes, il convient pour tous les ouvrages extérieurs, sans traitement préalable. En Hongrie, 340 000 hectares de forêts sont couverts par cette espèce. En France, il reste une essence marginale; On a constaté sa présence en Sarthe sur plusieurs milliers d’hectares, soit en peuplement pur, soit en mélange.
Cette essence qui semble actuellement sous les feux de la rampe fait en réalité l’objet d’attention depuis de nombreuses années.
Elle présente de multiples caractéristiques susceptibles de rencontrer un grand intérêt auprès des sylviculteurs et des utilisateurs du bois. Sa masse volumique s’apparente au chêne. Sur le plan mécanique, ses propriétés s’apparentent à celles du chêne et du frêne bien qu’étant légèrement supérieures. Il se caractérise par une grande résistance à la flexion, au choc et à la compression axiale; il est par contre assez fissible.
La durabilité naturelle exceptionnelle de son bois en fait à cet égard le meilleur bois d’Europe. Cette durabilité est due à la synergie entre différents extraits chimiques que l’on retrouve dans le bois.
Sa valeur marchande s’apparente à celle des essences secondaires telles que le bouleau ou le marronnier.
En tant que matériau, la gamme du bois de robinier est extrêmement vaste : on le trouve aussi bien dans des usages peu valorisants : il trouve facilement des débouchés en piquets (à planter à l’inverse du sens de pousse !) que dans des usages plus nobles : sa demande s’intensifie sur le bois d’oeuvre pour la fabrication de mobilier extérieur et de platelage et pour le bardage (en vieillissant naturellement le bois prend un gris argenté en conservant une tonalité dorée).
Il est probable que basé sur une sylviculture appropriée à partir de clones performants sélectionnés en Hongrie, on disposerait d’u ne alternative supplémentaire dans certains emplois réservés actuellement à des essences tropicales ou imprégnées, en égard à cette formidable durabilité.
Les architectes disposeraient enfin d’une essence indigène qui offrirait toutes les garanties pour un usage extérieur.


Le chataignier


La richesse en tanin de son bois le rend résistant aux attaques de champignons, mais peut entraîner l’apparition de taches noires au contact de l ’ eau et des m étaux. Le traitement oléothermique remédie à cet inconvénient.
Convient pour les extérieurs : poteaux, jetées, piquets, bardages, platelages, etc. Son bois de bonne qualité, dense, se travaille bien et vieillit sans traitement chimique; sa durabilité, ses propriétés physiques et mécaniques sont proches du chêne.

Le chataignier Le chataignier


Le hêtre


C’est avec le chêne, la deuxième grande essence feuillue française.
Convient pour les menuiseries intérieures.
Le hêtre rétifié devient plus durable et est alors une bonne alternative aux bois tropicaux pour les ouvrages extérieurs. C’est le type même des bois homogènes, faciles à travailler, avec de bonnes qualités mécaniques.

Le hêtre Les feuilles de hêtres


Le bouleau


Le bouleau est un arbre des régions froides et tempérées, à écorce blanche et à bois blanc, aux feuilles triangulaires, aux fleurs jaunâtres.
Bois sensible à l’humidité.
Utilisé pour la pâte à papier et les panneaux de contreplaqué.
Convient bien pour les ouvrages en lamellé collé, charpente, meubles.

Le bouleau Le bouleau


L'aulne


C’est un bois fragile et cassant : toutefois, immergé, il devient imputrescible et durcit.
Venise est construite sur des pilotis en aulne.
L’aulne est une alternative à l’azobé d’Afrique.

L'aulne


Le peuplier


Implanté en France au XVIIIe siècle.
D’une croissance rapide, il peut être exploité au bout de 15 ans.
Bois tendre, il remplace l’okoumé d’Afrique et le mérantis d’Asie pour la fabrication du contreplaqué. Il se travaille facilement.
Les plantations en zone humide entraînent une perte de biodiversité du milieu. On fera la différence entre le peuplier à destination de l’em ballage et celui utilisé en structure, comme le grisard.

Le peuplier Les feuilles de peuplier


Le frêne


Le frêne se retrouve dans toute la France (sauf dans le Sud-Est).
Il est recherché pour sa grande résistance mécanique et sa flexibilité. Il convient bien aux ouvrages cintrés et courbés.

Le frêne Les feuilles de frêne


Les autres feuillus


L'érable, le Charme, le Merisier, l'Alisier sont des bois très utilisés en décoration.